Ironman Thoune & Challenge Roth

Quel week-end pour le TCG!
Nos athlètes étaient présents sur les deux événements phares du week-end en Europe: le mythique Challenge Roth et l’Ironman de Thoune!

Commençons par l’ironman de Thoune! Après plus de 15 ans dans la ville de Zürich, c’est Thoune qui accueillait cette nouvelle édition de l’Ironman Suisse. Nous avions 5 membres au départ de l’Ironman et c’était pour certains d’entre eux, leur première expérience sur la distance.



Christine Gora s’est élancée sur l’option « Bike -run » (proposée depuis peu par Ironman suite à la pandémie) et passe la ligne d’arrivée en 12h20.
Michael Simmonds termine lui en 13h42 .
Jeremy réalise une magnifique performance en bouclant le parcours en 9h35. Enfin, Lionel et Nicolas se sont élancés pour la première fois sur la distance Ironman (finishers en 11h33 et 11h19 respectivement). Retrouvez leurs impressions sous forme d’interview croisée:

– Comment s’est passée ta préparation?

Lionel: Plutôt bien, je n’avais pas de plan d’entraînement très strict, seulement des sessions clés et un objectif de ~10 heures d’entraînement par semaine depuis cet hiver, ni d’objectif de temps vraiment précis, si ce n’est d’arriver au bout sans prendre trop cher et éviter de marcher sur le marathon. J’appréhendais de traîner mes 85+ kgs sur les 2’200 mètres de dénivelé du parcours vélo, mais les camps autogérés de Gérone et Interlaken ce printemps m’ont permis d’avoir un bon foncier, en plus de rencontrer des gens super.

Nicolas: En 2019, sans aucune expérience en triathlon, je me suis inscrit à l’Ironman de Thoune. Sur la lancée j’ai rejoint le TCG pour m’assurer une bonne préparation. Le report de la course de 2020 à 2021 m’a été bénéfique puisque j’ai cumulé les heures d’entrainement et j’ai bien progressé au sein du club. Notamment en natation où je partais de loin. Merci Damien!



– Comment te sentais-tu a la veille de ton premier IM?

Lionel: A la fois excité d’être enfin arrivé sans encombre à ce fameux week-end tant attendu, et en même temps déjà fatigué avant même d’avoir commencé. En arrivant le samedi, j’avais sous-estimé le volet logistique (enregistrement, visite/shopping à l’IM village, préparations des sacs, bike check-in, enregistrement à l’hôtel, derniers entraînements etc.) alors qu’initialement je pensais avoir de la marge.


Nicolas: La veille de mon Ironman, je me sentais en forme. Un peu stressé et impatient d’être sur la ligne de départ. J’ai rejoint sur place Jeremy, Fanny et Lionel du club. C’était super de pouvoir partager les moments d’avant course avec des membres plus expérimentés. C’était rassurant et très sympa.

Quel a été le moment le plus difficile de ta course? Et comment as-tu réussi à le surmonter?

Lionel: J’ai eu une frayeur sur le marathon après 8km, je me suis assis sur un banc pour enlever un caillou dans ma chaussure, et en me relevant probablement un peu trop brusque/vite j’ai fait une crampe dans toute la jambe droite, heureusement j’ai pu la faire partir en trottinant tout doucement. Sur la fin du marathon, j’en avais clairement marre et j’ai essayé de convertir cette énergie négative en motivation pour me bouger les fesses et terminer le marathon sous les 4h. Pour l’anecdote j’ai pu améliorer mon record perso sur marathon de 2 minutes, mais l’ancien n’était pas un marathon d’Ironman.


Nicolas: La course s’est bien déroulée jusqu’au 140e km de vélo où j’ai attrapé une crampe. J’ai dû descendre du vélo 5 minutes. Je suis reparti en réduisant l’intensité, en restant concentré et en m’alimentant régulièrement. Les crampes sont réapparues au 18e km de course à pied. J’ai adapté mon rythme et fini au mental en évitant toute frustration et en essayant de profiter des derniers moments de cette course magnifique. Les encouragements de ma famille, des amis du club et des spectateurs m’ont bien aidé. Merci!

– Quel(s) moment(s) retiendras-tu de cette expérience?

Lionel: Il y a eu plein de moments sympas durant le weekend: croiser Daniela Ryf et Joe Skipper dans la zone de transition, l’hymne national avant le départ des pros pieds dans l’eau face à l’Eiger/Mönch/Jungfrau, le lever du soleil durant la natation, les Guggenmusiks sur le parcours vélo, les ravitaillements à la volée (j’avais l’impression d’être un coureur du Tour de France), les encouragements des proches venus me voir, et bien sûr le finish sur la ligne d’arrivée partagé avec Nico, Jérémy et Fanny du club qui ont eu la gentillesse de bien vouloir m’attendre.


Nicolas: Difficile de retenir un seul moment tellement il se passe d’émotions entre l’avant course, le départ, les 3 disciplines, les transitions et surtout franchir la ligne d’arrivée de son premier Ironman! Inoubliable.

– Quel(s) conseil(s) donnes-tu a un athlète qui veut se lancer sur la distance IM?

Lionel: Ne pas hésiter et s’inscrire ! Après six saisons à faire des triathlons DO et sprint, j’étais assez sceptique quant à la franchise Ironman (aussi d’un point de vue financier) et de passer sur longue distance. Il faut reconnaître que l’organisation est au taquet, l’ambiance incroyable, c’est vraiment une expérience à part que je souhaite à chacun(e) de vivre une fois au moins.

Nicolas: Les conseils des coachs et des athlètes expérimentés sur la distance IM m’ont beaucoup aidé et motivé. Soyez prêt à dédier beaucoup de temps à votre préparation et prenez du plaisir à l’entrainement.

Après une belle performance il y a un mois à Rapperswil, Bruno était au départ du mythique Challenge Roth! Sur un parcours légèrement modifié pour cause de Covid (pas de Solarberg Hill cette année), Bruno a terminé dans un temps de 11h10! Bravo!





Un peu plus proche cette fois-ci, nous avions Emilie et Fabrizio au départ du triathlon d’Yverdon. Ils terminent respectivement en 47min et 40min sur le format super sprint proposé.

 Et enfin, un grand bravo à tous les athlètes du club qui ont participé à la traversée du lac dimanche matin!

Partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Parutions précédentes

X