Triathlon d’Üster

Le week-end dernier avait lieu à Uster la deuxième manche de la saison de la « Triathlon Series ». Sur les bords du lac de Greifen, le club était représenté par Louis Quiniou, Claire Beauvir et Thomas Beauvir. Ce dernier était aligné sur le format super sprint avec une belle 10ème place à la clé. Toujours sur le format super sprint, sa soeur Claire termine à une magnifique 5ème place. De son côté, Louis réalise une performance de très bonne facture, en descendant sous les 2 heures sur format olympique, avec à la clé une 7ème place derrière quelques grand noms du triathlon suisse! Il nous raconte son expérience:

« Après une reprise de la compétition il y a deux semaines en Finlande sur un 70.3, j’avais à coeur de revenir sur la distance Olympique et à Üster. C’est là que j’avais fini ma saison 2019 et pour finir le bloc d’entraînement en cours, c’était l’occasion parfaite de placer une séance de qualité si je puis dire tout en travaillant des aspects techniques et intrinsèques à la compétition. Bien évidemment, plus c’est court plus c’est intense et la natation restant mon point faible, je sors 37° (25:46) de l’eau c’est un gap non négligeable sur une aussi courte distance, j’enchaîne également avec une transition moyenne du fait de la perte de mon bidon (02:03) mais avec une boucle vélo plate et sur route ouverte, j’ai pu exploiter mes qualités de rouleur tout en validant les valeurs que j’avais projeté à l’entraînement avec 42,5 km/h de moyenne, une cadence de 90 rpm et une puissance moyenne de 275 W. In fine, je réalise le 8° temps sur le vélo (54:07) et j’enchaîne avec une meilleur transition (01:41) pour partir sur la course à pied. La stratégie était de pacer l’effort en négatif et de finir fort, je laisse donc partir les brutes à fond avant de vraiment accelérer à partir du 4ème kilomètre ce qui me permet de passer de la 13ème à la 7ème place au général (4° Cat.) sur la deuxième boucle et de finir avec un temps total de 01:59:30 pour un split de 35:52. Heureux de voir que le travail paye, que l’explosivité est toujours là et de casser la barrière des deux heures (chose que je n’avais pas du tout en tête..!), il reste du travail sur les trois disciplines et c’est la beauté du triathlon. Maintenant, focus sur les US dans trois semaines pour le Escape from Alcatraz Triathlon à San Francisco et Barcelone en fin de saison. »

Crédits photo: Alphaphoto

Partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Parutions précédentes

X